Association Marseillaise d'AStronomie

Liaison de la fourche de PEGASE sur son axe horaire

Pour un transport aisé du télescope PEGASE, il faut pouvoir démonter facilement sa fourche. Pour cela, Sauveur a choisi de maintenir la fourche sur l'arbre de l'axe horaire avec deux paliers coniques. Lors du montage de PEGASE, il suffit d'emmancher la fourche sur l'axe. Il n'y a rien d'autre à faire. Il n'y a aucun blocage et pourtant cette liaison est sans jeu. De plus, l'axe de la fourche reprend précisément la position qu'il avait précédemment, ceci permet de conserver le réglage du viseur polaire.

Parmi toutes les solutions que nous avons expérimentées avec Sauveur, c'est ce dispositif qui est le plus pratique et le plus précis.

L'arbre qui matérialise l'axe horaire est constitué par l'articulation de suspension arrière d'une 2CV (le véhicule mythique de CITROEN). Sauveur l'a équipée de roulements neufs. Pour réaliser le palier bas, Sauveur a fixé sur l'axe une bague en aluminium sur laquelle il a usiné une portée conique. Pour le palier haut, la portée conique est usinée directement sur l'axe.

Il me semble très important de signaler que ces deux portées coniques ont été usinées en faisant tourner l'arbre sur lui même alors qu'il était disposé dans sa propre boîte à roulements. Cette méthode a permis à Sauveur d'usiner des portées coniques parfaitement centrées sur l'axe de rotation de cet arbre porteur. Bien entendu, la bague en aluminium que nous avons évoquée précédemment a été fixée définitivement sur l'arbre avant l'usinage de la portée conique.

Le palier haut est équipé d'un dispositif d'annulation du jeu. C'est pour cela que la portée conique femelle a été réalisée sur une "bague écrou" dont le réglage permet cette annulation du jeu. Remarquez sur le dessin la présence du joint torique qui est écrasé par la bague-écrou et empêche celle-ci de se dérégler spontanément. Il fait office de frein pour cette bague. Notez aussi la présence des 2 vis CHC M3-5 qui permettent de manoeuvrer la bague écrou.

Ce joint torique est réalisé avec du "joint torique au mètre". C'est un boudin de caoutchouc que l'on achète en longueur d'un mètre puis que l'on découpe en fonction du besoin. On peut se le procurer auprès des fournisseurs de roulements à billes. En principe, les deux extrémités du joint ainsi obtenu doivent être collées l'une sur l'autre mais ici ce n'est pas indispensable. Dans ce montage, Sauveur a utilisé un joint de 3mm de diamètre.


Le socle de PEGASE

Serge BERTORELLOcpt