Association Marseillaise d'AStronomie

Le ciel du mois

Novembre 2017



Source IMCCE
http://www2.saf-lastronomie.com/saf/accueil.html.
http://www2.iap.fr/saf/cielproc.htm
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html

Visibilité des planètes

Toutes les heures sont en heure TU. Rajouter 1 h en hiver, 2 en été pour la France.

    Déjà quelques conjonctions pour se mettre en train ! Le VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017 à l’aube, une heure avant le lever du Soleil, tournez-vous vers l’est-sud-est pour voir VÉNUS rencontrer SPICA, cette belle étoile de la Vierge qui fait son retour dans le ciel matinal.

    Le MERCREDI 8 on trouvera au-dessus de Spica le couple formé par MARS et PORRIMA, une étoile de la Vierge. On pourra noter que les deux astres sont d’un éclat apparent à peu près semblable alors que Porrima se trouve un million de fois plus loin que Mars. C’est dire que l’étoile est intrinsèquement un million de fois plus lumineuse que Mars.

    Après être passée devant le Soleille le 26 octobre la planète JUPITER revient en majesté dans le ciel du matin. Dès le vendredi 10 on pourra la dénicher aux jumelles au ras de l’horizon est-sud-est mais elle va grimper rapidement dans le ciel. Le LUNDI 13 NOVEMBRE elle se lève une bonne heure avant le Soleil (vers 6h30 à Montpellier) et forme ce matin-là une paire exceptionnellement serrée avec VÉNUS à moins de 0,3 degré d’écart, soit la moitié du diamètre apparent de la Pleine Lune. Une conjonction à ne pas manquer.

    Quelques jours plus tard, du MERCREDI 15 AU VENDREDI 17 nous pourrons découvrir de belles scènes le matin vers l’est-sud-est avec l’arrivée d’un mince croissant de Lune, à 30 heures de la Nouvelle Lune du 17. Trois planètes, Spica et le croissant de Lune matérialisent l’écliptique. Vénus s’impose par son éclat au ras de l’horizon, tandis qu’au-dessus brillent Jupiter, la belle Spica l’étoile principale de la Vierge et plus loin la planète Mars. Notons que grâce à l’heure d’hiver, et c’est là son seul avantage (!), il n’est plus nécessaire de se lever excessivement tôt pour jouir du ciel de l’aube puisque le Soleil se lève une heure plus tard que si nous étions restés à l’heure d’été. Ainsi le JEUDI 30 avant 7 heures, une heure et demie avant le lever du Soleil, nous pourrons admirer Jupiter accompagné du duo assez distant formé par MARS ET SPICA, toujours sur l’horizon est-sud-est.

    Au chapitre des rendez-vous mensuels de la Lune notons celui que SATURNE lui donne le LUNDI 20 au crépuscule sur l’horizon sud-ouest une petite heure après le coucher du Soleil. La planète devrait être bien visible à gauche du croissant. Plus délicat ce soir-là est le repérage de la planète MERCURE en dessous de la Lune, au ras de l’horizon. Des jumelles sont fortement conseillées pour réussir l’observation.

    La Lune

    Samedi 4 : Pleine Lune à 5h23 TU

    Du dimanche 12 au vendredi 17 : le croissant lunaire du matin, une heure avant le lever du Soleil à l’est-sud-est

    Mercredi 15 : le croissant lunaire à côté de Mars à l’est-sud-est à l’aube

    Samedi 18 : Nouvelle Lune et nuits noires autour de cette date (ça tombe bien pour les étoiles filantes de la nuit !)

    Au fil du mois

    Le cadeau du ciel dont il faut profiter en ce mois de novembre est l’arrivée majestueuse de la constellation d’Orion, sans doute la plus belle de toutes. Elle se lève encore couchée presque à l’horizontale sur l’horizon mais se hisse peu à peu dans le ciel pour dresser fièrement son immense rectangle au sud en milieu de nuit. Ce que l’on repère immanquablement est le ceinturon ou baudrier du Chasseur mythique formé de trois étoiles presque parfaitement alignées et de même éclat. On les appelle souvent les Trois Rois et dans son conte "Les étoiles" Alphonse Daudet fait dire au berger amoureux de la belle Stéphanette que ce "râteau" (l’autre nom de cet astérisme) lui sert d’horloge. Vous pourrez constater en effet que les trois étoiles sont à la verticale en début de nuit et tournent progressivement pour se retrouver presque à l’horizontale en fin de nuit. À la ceinture est fixée l’épée du mythique personnage et je vous invite à observer cette région aux jumelles pour découvrir la fameuse NÉBULEUSE D’ORION, l’objet le plus prisé des astronomes amateurs.

    Les Trois Rois s’insèrent dans un immense rectangle presque régulier dont deux sommets se distinguent par leur éclat. Il s’agit de deux étoiles appartenant à la classe des supergéantes. Une rouge, BÉTELGEUSE, occupe le coin supérieur gauche et une bleue RIGEL, le coin inférieur droit. Enfin sous Orion, sur sa gauche, étincelle SIRIUS, l’étoile la plus brillante du ciel, située à moins de 9 années de lumière de la Terre.

    Je termine ce rapide tour d’étoiles en vous présentant PROCYON, une étoile très brillante parce que proche et que l’on oublie trop souvent. C’est l’étoile principale de la constellation du PETIT CHIEN, tandis que Sirius l’est de la constellation du GRAND CHIEN. Procyon est l’étoile isolée située à gauche d’Orion, un peu difficile à repérer faute d’étoiles voisines. Alors prenez le temps de le faire. Située à quelque ouze années de lumière elle fait tout de même partie du club des 6 ou 7 étoiles les plus brillantes du ciel

    les ÉTOILES FILANTES de l’essaim des LÉONIDES font leur numéro dans la nuit du VENDREDI 17 AU SAMEDI 18. Les conditions sont remarquablement favorables à leur observation car aucune Lune ne nous gênera par son éclat. Le radiant des filantes, le point d’où semblent surgir les Léonides par un effet de perspective (en réalité les rayons sont parallèles), se situe près de la tête du Lion, constellation qui domine l’horizon est en seconde partie de nuit, heure à laquelle les météores devraient être les plus nombreux. Les consignes sont toujours les mêmes. Il faut choisir un lieu à l’écart des lumières artificielles parasites et offrant le tour d’horizon le plus vaste possible, se munir d’une chaise longue ou d’un tapis de sol, de vêtements chauds en cette période hivernale, de boisson chaude et de patience. Les Léonides filent très vite à raison de 71 km/s, une vitesse indiquant que la collision entre les poussières traînant dans l’espace et l’atmosphère terrestre est frontale puisque la vitesse de la Terre sur son orbite est de 30 km/s. Bonne chance !