Association Marseillaise d'AStronomie

Le ciel du mois

Décembre 2017



Source IMCCE
http://www2.saf-lastronomie.com/saf/accueil.html.
http://www2.iap.fr/saf/cielproc.htm
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html

Visibilité des planètes

Toutes les heures sont en heure TU. Rajouter 1 h en hiver, 2 en été pour la France.

    VÉNUS disparaît dans les rayons du Soleil mais JUPITER redevient observable en fin de nuit, se levant plus de quatre heures avant le Soleil le 31. Si vous disposez d’un instrument astronomique, que ce soit chez vous ou autour de vous, ou encore dans un club d’astronomie, c’est le moment de reprendre l’observation de la planète géante. De bonnes jumelles fixées sur un trépied ou une petite lunette suffisent pour découvrir les quatre satellites dits galiléens sous forme de petites perles entourant le disque planétaire et suivre leur ballet incessant. Le spectacle est saisissant de beauté et nous surprend par les changements perpétuels de configuration des quatre petits points lumineux. On a peine à croire au nombre quasi illimité de figures que peuvent exécuter les satellites et pour pouvoir en profiter j’indique dans la rubrique "au jour le jour" les configurations les plus spectaculaires du mois. Lorsqu’on pointe Jupiter, on ne sait jamais à l’avance sur quelle disposition on va tomber.

    Mais il y a plus que l’aspect esthétique de ces scènes magiques. C’est en 1609-1610 que Galilée tourne pour la première fois sa lunette vers le ciel et qu’il découvre la présence de quatre "lunes" tournant autour de Jupiter. Cette observation aura une importance cruciale pour le triomphe du système héliocentrique de Copernic et pour la reconnaissance du bien-fondé des thèses de Galilée sur la rotation de la Terre sur elle-même et sur sa révolution autour du Soleil. En effet les incrédules objectaient à Galilée que si la Terre tournait autour du Soleil la Lune ne pourrait pas la suivre. Or la nature fournissait avec Jupiter la preuve qu’une planète pouvait bien suivre son orbite (que ce soit autour du Soleil ou de la Terre) en restant accompagnée de ses lunes. Ainsi l’observation que nous pouvons faire de Jupiter est la célébration du courage de Galilée dans son combat en faveur de la vérité et un hommage à la science moderne qui naissait à cette époque.

    Les satellites de Jupiter se nomment, par ordre de distance à la planète-mère, IO, EUROPE, GANYMÈDE et CALLISTO. En les observant dans un petit instrument on ne peut pas reconnaître qui est qui et on doit recourir à des cartes du ciel ou à des logiciels donnant la configuration du moment. Pour découvrir la nature physique de ces satellites, tous différents, reportez-vous aux images d’une richesse incroyable fournies par les sondes spatiales qui ont exploré le système solaire et continuent à le faire.

    Où trouver JUPITER dans le ciel ? C’est l’astre le plus brillant de la voûte céleste sur l’horizon sud-est et vous le trouverez donc facilement à l’aube en début de mois et de plus en plus tôt au fil des jours. Un croissant de Lune nous permet de faire l’état des lieux du MERCREDI 13 au VENDREDI 15. Le 13 le croissant orné de sa féérique lumière cendrée forme un triangle avec MARS, la planète rouillée, et SPICA notre belle étoile de la Vierge. Le 14 la Lune se situe entre Mars et Jupiter. Le 15 le croissant se réduit à un fil tandis qu’on peut remarquer près de Jupiter la petite étoile Zubenelgenubi de la constellation de la Balance.

    Revenez dans ce coin de ciel le DIMANCHE 31 pour terminer l’année. Jupiter est là et forme une jolie figure avec Mars, de couleur orangée, et Zubenelgenubi. Si vous disposez d’un site bien dégagé dans cette direction vous pourrez apercevoir au ras de l’horizon la planète MERCURE et sur sa droite ANTARÈS du Scorpion, dont la couleur rouge fait concurrence à celle de Mars.

    La Lune

    PLEINE LUNE, qui se produit d’ailleurs le DIMANCHE 3 DÉCEMBRE

    Vous pouvez en effet noter que les Pleines Lunes d’hiver sont particulièrement hautes dans le ciel et donnent l’impression d’illuminer la Terre comme le ferait un immense lampadaire. La Pleine Lune du 3 culminera à plus de 55° de hauteur, franchissant le méridien à près de 65° à Perpignan. L’explication de cette situation est qu’à la Pleine Lune le Soleil est situé à l’opposé de la Lune, dans notre dos quand nous faisons face à la Lune. Il est assez facile de voir que par symétrie si le Soleil est au plus bas à midi solaire la Pleine Lune est de son côté au plus haut dans le ciel. Laissez-vous éblouir par les Pleines Lunes d’hiver.

    Lundi 18 : Nouvelle Lune à 6h30 TU et nuits noires autour de cette date

    Au fil du mois

    L’hiver arrive chez nous le 21 de ce mois de DÉCEMBRE 2017. Les longues nuits de saison nous offrent le bonheur de redécouvrir les somptueuses constellations hivernales.

    Le JEUDI 21 marque la date du SOLSTICE DE DÉCEMBRE sur Terre.

    La constellation des Gémeaux vers laquelle nous sommes tournés nous donne l’occasion de savourer le retour des belles étoiles d’hiver. Au-dessus de Castor et Pollux se repère facilement la brillante Capella du Cocher (reconnaissable je le rappelle au fin petit triangle isocèle des chevrettes qui l’accompagnent). Sur la droite resplendit la constellation du Taureau abritant l’amas des Hyades, la rouge Aldébaran et l’amas si emblématique des Pléiades. Très haut dans le ciel serpente le W majuscule de Cassiopée et s’affiche la constellation de Persée, si riche en étoiles qu’elle constitue comme un amas stellaire. D’ailleurs découvrez le double amas de Persée, situé entre Cassiopée et Persée. Constitué de deux amas juxtaposés il est repérable à l’œil nu et se révèle magnifique à travers des jumelles.

    La somptueuse constellation d’Orion se lève maintenant tôt dans la soirée et les trois étoiles du Baudrier d’abord verticales tournent peu à peu au fur et à mesure qu’Orion avance dans le ciel. L’étoile la plus brillante du ciel, Sirius du Grand Chien, est aux pieds du chasseur mythique, sur la gauche, tandis que Procyon du Petit Chien se tient solitaire à gauche de l’ensemble (en fait entre Sirius et Pollux). Saurez-vous reconnaître ce que l’on appelle l’hexagone d’hiver, un astérisme assez régulier réunissant les 6 sommets suivants : Sirius, Rigel, l’étoile bleue du quadrilatère d’Orion situé en bas à droite, Capella, Castor et Pollux (Castor est au-dessus de Pollux, légèrement moins lumineuse que cette dernière). Cet hexagone est centré sur Bételgeuse l’étoile rouge du sommet supérieur gauche du quadrilatère d’Orion.